Guido Dettoni della Grazia

Guido Dettoni 1946, Italie. Artiste visuel et tactile.

En 1961 il a pratiqué la peinture et la sculpture en Allemagne où a eu sa première exposition en 1969.
1992/1993 Catalogne : deux expositions anthologiques sur les sculptures à mesure des mains, Visuelles et Tactiles qui sont ensuite agrandies afin que nous soyons contenus par ce que nous contenons.
1998 Barcelone : 1ère exposition, comme Guido Dettoni della Grazia, son nom complet, de l’œuvre MARIA, une Icône modelée pour être contenue dans les mains qui la voient. Elle représente, la mère de Jésus, la Marie de la Sura 19 du Coran, la Shakti de l'hindouisme, la Kwan Yin de Chine, évoquant l'imagerie de nombreuses cultures du monde . Elle a été installée dans près de 30 lieux parmi les cathédrales, les églises, les universités et les centres d'art à travers l'Europe et l'Asie. Elle est exposée en permanence depuis 2002 à Assise, depuis 2015 à Prague, à Singapour et depuis 2017 à Lampedusa et Florence. Work|Exhibits|Installations.
À partir de cette exposition de MARIA en 1998, il a nommé certaines de ses œuvres d'art "Iconiques" parce qu'elles avaient le caractère d'une icône, c'est-à-dire un symbole important et durable, un objet de grande attention et de dévotion, selon le glossaire des termes artistiques du MoMa.
Depuis 1969, ses œuvres sculpturales sont surtout données par la rencontre des mains avec la matière malléable qu'il modèle, presque toujours en aveugle. Les mains voient, les yeux se touchent. Dans les années 70, il a vu que sa façon de travailler pouvait devenir collective et il a donc lancé la proposition du processus de création HANDMATTER.

Les humains apprennent avec leurs mains et leur propre intelligence a évolué en apprenant à utiliser les outils que les mains avaient créés. (Frank R. Wilson - La main : comment elle est utilisée pour façonner le cerveau, le langage et la culture humaine / Henri Focillon - Éloge de la main) Les mains, une, miroir de l'autre. Deux moitiés formant l'unité, le cerveau, source de la parole. Mains - cerveau - mot. Avec nos mains,nous manifestons nos sentiments et nos émotions et nous pouvons modeler en nous la réalité environnante, aussi parce que nous la touchons et, en même temps, nous sommes touchés par elle.

"Comment regardons-nous les formes à mesure des mains qui sont le résultat d'une manifestation personnelle ?
Les yeux bandés, nous le faisons avec les mains, tandis qu’en voyant nous le faisons avec les yeux et, de plus, sous différents angles. En dépliant les formes dans une projection sphérique plane, elles génèrent une séquence d'images en 2D : ce qui nous fait passer du tangible au virtuel. Cette séquence peut devenir une narration esthétique de la forme et peut être partagée dans un environnement informatique et sur Internet. L'hypothèse initiale - maintes fois confirmée par de nombreuses expériences - est que toutes les formes créées par les mains contiennent des informations sur ce qui a stimulé leur création. Cela s'applique évidemment aux œuvres d'art qui sont inspirées par ce qui est à l'extérieur, ce qui est vu, mais cela s'applique aussi aux œuvres qui expriment et manifestent ce qui est à l'intérieur : c'est-à-dire des formes créées en aveugle, sans aucune intention de faire quelque chose de spécifique.

L'interprétation d'une forme est atteinte en allant de la forme 3D aux images 2D qui, une fois composées et assemblées entre elles, peuvent représenter ce qui a stimulé la création de la forme elle-même. Pour réaliser cette expérience de composition, le processus de création HANDMATTER, appelé ainsi par Guido Dettoni en 2000, intègre une application numérique interactive spécifiquement programmée. HANDMATTER a trouvé diverses applications dans le domaine des arts plastiques (expériences en l'Afrique de l'Ouest, à Singapour, aux Amériques et dans les pays européens), dans le domaine du handicap (interventions auprès de personnes sourdes et aveugles en Catalogne, aux États-Unis et au Canada), dans le domaine de la thérapie et de l'apprentissage, Catalogne et Baléares.